Catalogue

Écrire le travail au XXIe siècle : quelles implications politiques ?

Aurélie ADLER, Maryline HECK (éds.)
En stock
ISSN
Référence:
978-2-87854-691-0
16x24
158 pages
Parution 2016
Ouvrage Papier
Prix : 19.47 € 20.50 € économisez 1.03€ (5%)
  • Description
  • Sommaire
  • Fiche technique
  • Auteurs

Arpenter les lieux de la mémoire ouvrière et paysanne, explorer les nouveaux terrains de l’emploi tertiaire, inventorier et réinventer les langues qui façonnent le monde de l’usine et de l’entreprise : tel est souvent le programme des textes fictionnels ou documentaires consacrés au travail depuis les années 80. Ces ouvrages ont retenu l’attention de la critique universitaire récente. Manquait cependant encore une étude de fond consacrée à ce qui est pourtant un des enjeux fondamentaux de ces textes : leur portée politique. 

Ce volume s’attache donc à interroger les formes de l’implication qu’ils mettent en œuvre, de l’examen critique du monde social à l’élaboration d’un discours tourné vers la praxis. Il espère ainsi contribuer à penser les rapports de la littérature contemporaine au politique ; et, par là même, participer à l’élaboration d’une cartographie du champ littéraire au tournant du millénaire.

Aurélie Adler est maître de conférences en littérature française des XXe et XXIe siècles à l’université de Picardie Jules-Verne (Amiens). Maryline Heck est maître de conférences en littérature française des XXe et XXIe siècles à l’université François Rabelais (Tours).

 

To walk in the path of the industrial and rural working-class memory, to explore the new fields of tertiary employment, to survey and reinvent the languages that shape the factory and the company: such have often been the aims of fictional or documentary texts on labor since the 1980s. These works have caught the attention of recent academic critics. Remained nevertheless lacking an in-depth study on what is though a fundamental issue of these texts: their political reach. 

This volume interrogates the forms of implications they set in motion, from critically examining the social world to constructing a discourse aimed towards praxis. It thus examines the relations between contemporary literature and politics. In the same way, it elaborates a literary cartography at the turn of the millennium, through a panoramic corpus, of the movement of literature’s re-politicization as initiated by the business novel genre. Borrowing the humanities’ tools to reflect on capitalism’s metamorphosis, it offers new forms of legibility in reality, while posing anew the question of literary commitment. 

Sommaire (fichier): 
Pages :
158 pages
Date de parution :
2016
Format :
16x24