Catalogue

Penser le récit enchâssé. L'invention d'une notion à l'époque moderne (1830-1980)

Jérémy Naïm
En stock
Référence:
978-2-37906-043-4
16x24
244 pages
Parution 2020
Ouvrage Papier
Prix : 18.90 € 19.90 € économisez 1.00€ (5%)
Ajouter au panier
  • Description
  • Sommaire
  • Fiche technique
  • Auteurs

À paraître

Du Décaméron aux nouvelles de Maupassant, de l’Odyssée aux Mille et Une Nuits, l’affaire est entendue, s’impose le récit enchâssé. Mais cette évidence n’en devint une que dans les années 1970. Cent cinquante ans auparavant, ces œuvres étaient d’abord perçues dans leurs différences. À partir de ce constat, cet ouvrage cherche à comprendre comment et pourquoi la notion de récit enchâssé a intégré le vocabulaire de l’analyse littéraire, et l’usage que l’on peut en faire aujourd’hui. Davantage qu’un catalogue de formes, il propose une histoire de nos représentations du récit, depuis le Romantisme jusqu’au tournant linguistique des études littéraires.

Jérémy Naïm est docteur en Littérature et civilisation françaises. Il consacre ses travaux à l’histoire des formes narratives et à l’influence des livres sur notre représentation du monde.

Sommaire (texte): 

Table des matières

Avant-propos

Introduction – Le récit enchâssé, invention moderne

Un mot des années 1960

Une pratique absente avant le XXe siècle ?

Deux points de vue sur l’enchâssement

Plan

Chapitre 1 – Un récit sans histoire

« Daphnis et Pandrose »

L’introuvable tradition du récit enchâssé

Le recueil et le roman

Enchâssement et détachement

La narration dramatique

Retour à Mme de Genlis

Faut-il isoler un récit de personnage vers 1800 ?

Une parole en relief

Le recueil, ou la collection de récits

Des contes sans parole

De quelques recueils en 1800

Premières évolutions

Chapitre 2 – Un recueil en miniature

Un récit au second degré

Le « Décaméron en raccourci »

Scénographie conteuse

La nouvelle-recueil

Un récit pour l’écrit

Quand Dumas plagie Nodier

Un essai d’énonciation moderne

Vers le concept de narrateur ?

Pratiques

Chapitre 3 – Une reconnaissance en question

Une pratique datée

Une nouvelle réponse à la littérature industrielle

Une méfiance envers le discursif

L’intériorisation de la narration

Le rejet du récit miniaturisé ?

Un récit en interaction

Des contes pour la presse

Effets de structuration

Maupassant, récits de presse

Premiers écarts

Le journal et le livre

La textualisation

Chapitre 4 – Les Mille et Une Nuits, de l’anthologie à l’ouvrage composé

Pour une nuit de plus

Les Nuits, mode d’emploi

« Les Mille et Une Nuits d’Occident » (Balzac)

Vers l’unité d’action

L’assomption de la conteuse

Les Mille et Une Nuits, modèle idéalisé

Chapitre 5 – L’invention théorique de l’enchâssement

Penser le cadre

Les orientalistes

Victor Chklovski

Technique narrative et tournant linguistique

Jean Fabre et La Princesse de Clèves

Tzvetan Todorov et le tournant linguistique

La sémantique narrative (Thomas Pavel et Marie-Laure Ryan)

Le point de vue énonciatif

L’image persistante du conteur

Gérard Genette

Des noms

Chapitre 6 – Textualiser l’enchâssement

Le point de vue textuel

Déléguer ou distinguer

Quel discours pour le récit enchâssé ?

Des récits enchâssés sans discours direct

Le récit enchâssé comme mise en relief

Chapitre 7 – Parcours de la mise en relief

La mise en relief

La congruence du contenu

L’exemple de L’Heptaméron

Un récit sans fin

La mise en relief

Les deux périls de l’enchâssement

L’enchâssement affaibli : « La Confidence » (Maupassant)

L’enchâssement exacerbé : le topos du manuscrit trouvé

Chapitre 8 – Microlectures

Métadiscours

Un relief par la parole

Le discours direct

Quelques attributions de source

Retards et attentes

Divisions graphiques

Le paragraphe

Le chapitre

Conclusion

Bibliographie

Œuvres mentionnées

Études citées

Index des auteurs

Pages :
244 pages
Date de parution :
2020
Format :
16x24
Auteur :