Catalogue

Travailler pour les morts. Politiques de la mémoire dans l'oeuvre de Jean Genet

Melina BALCÁZAR MORENO
En stock
Référence:
978-2-87854-483-1
16x24
264 pages
Parution 2010
Ouvrage Papier
Prix : 18.05 € 19.00 € économisez 0.95€ (5%)
  • Description
  • Sommaire
  • Fiche technique
  • Auteurs

Comment écrire devant la mort ? Comment parler aux morts ? Non seulement dans l'intimité mais aussi dans l'espace public où tous n'ont pas le même droit d'être pleurés ?

Pour Jean Genet, l'adresse de l'ami mort est source d'écriture. Elle lui donne la force d'élaborer une oeuvre. Oeuvre singulière qui ne cherche pas à consoler, qui refuse les images convenues du deuil et s'emploie à faire de la disparition de l'autre une survivance, un événement qui ne nie pas la perte.

Jean Genet cherche ainsi à inventer une mémoire nouvelle : une mémoire politique ouvrant sur le futur de l'art - cet « art de clochards supérieurs » (L'Atelier d'Alberto Giacometti) qui fait de la misère des formes un trésor.

 
Is laughter inherently coupled to ugliness? Is «le propre de l’homme» irreparably soiled by this defect? Aristotle says so in his Poetique, whose authority has been so great since Renaissance. Ultimate opinion? This volume’s authors do not agree. Driven by dissatisfaction, but also attracted to the radiant grace of Thalia the muse of laughter, they have re-read works from Homer to Claudel, tested ideas and practices, judged censors, summoned masters (Democritus, Horace, Rabelais, Molière) and reflected on issues and forms. Composing this volume, they highlighted the nuances and intensity with which the laughter’s luster can glow and shine.
Sommaire (fichier): 
Pages :
264 pages
Date de parution :
2010
Format :
16x24