Catalogue

25.06.19

Salon des Livres de Caen

Le Salon des Livres de Caen - Époque, avait cette année retenu une table ronde consacrée à une publication du Centre Culturel International de Cerisy, les actes du colloque "Peter Handke : analyse du temps", paru sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Ingrid Holtey et Patricia Oster-Stierle, aux Presses Sorbonne Nouvelle (PSN), en octobre 2018.
Répondant à l'invitation, Mireille Calle-Gruber, Olivier Henry assistant à l'édition scientifique et Sophie-Semin Handke, comédienne de théâtre et actrice de cinéma, ont présenté l'ouvrage, dimanche matin 19 mai, à un public très réceptif, réuni dans la Salle des Mariages de l'Hôtel de Ville à L'Abbaye-aux-Hommes. Le livre restitue les grands moments de la semaine de rencontres consacrée à l'œuvre du plus grand écrivain contemporain de langue allemande, et en sa présence qui fut généreuse. La présentation de Caen s'est ouverte sur la très belle profession de foi en la littérature que Peter Handke a écrite à 25 ans et à laquelle il est toujours resté fidèle :

"Parce que j'ai réalisé que j'ai pu moi-même changer grâce à la littérature,
que c'est seulement la littérature qui m'a permis de vivre avec une plus grande conscience,
je suis convaincu aussi de pouvoir changer d'autres gens grâce à ma littérature".
J'habite une tour d'ivoire, 1967.

 
 

Mireille Calle-Gruber et Olivier Henry ont souligné la chance de pouvoir accueillir, dans une somptueuse édition entièrement quadrichrome, les manuscrits, les carnets, les dessins, croquis, photographies d'installations que Peter Handke a généreusement donné à voir dans ce volume de la collection "Archives" - ce qui fait mieux comprendre la genèse et la poétique de l'œuvre.
Ils ont décliné les temporalités auxquelles les écrits de Peter Handke donnent formes et puissance de méditation, qu'il s'agisse des métamorphoses des êtres et des choses, de la beauté du monde dans ses devenirs et ses recommencements, de l'empreinte des émotions et des expériences, du cheminement de l'écriture, du travail dans les langues et la complexité de leurs traductions.
Des lectures de l'œuvre par Sophie Semin-Handke ont rythmé cette rencontre, faisant entendre avec sensibilité la voix singulière de l'écrivain, la rendant extrêmement prégnante dans sa recherche de beauté et de justesse d'écriture.
C'est ainsi que le public a pu apprécier Essai sur le fou de champignons (Gallimard, 2017) en traduction française, ainsi qu'un texte poétique écrit directement en français par Peter Handke, Pourquoi la cuisine ? (Gallimard, 2001) :

"Pendant que nous agonisions
pendant que nous mourrions de froid
pendant que nous écoutions la déclaration de guerre,
le levain se levait,
le coing s'obscurcissait en bouillant et devenait mangeable, même délicieux,
l'épi de maïs trempait dans l'eau salée,
le gâteau séchait,
les figues séchaient,
les abricots séchaient,
les feuilles tombaient,
la neige tombait,
le four chauffait
la cuisine se chauffait... le levain se levait".

 
Mireille CALLE-GRUBER, Vice-présidente de l'AAPC