Catalogue

Jules Michelet et la démocratie naturelle

PETITIER Paule et PLAS Elisabeth (dir.)
En stock
Référence:
978-2-37906-078-6
15x20
294 pages
Parution 2021
Ouvrage Papier
Prix : 18.90 € 19.90 € économisez 1.00€ (5%)
  • Description
  • Sommaire
  • Fiche technique
  • Auteurs

Jules Michelet et la démocratie naturelle

Présentation de l’ouvrage

 

Cet ouvrage collectif est consacré au cycle naturaliste de Jules Michelet et mène une réflexion sur la pensée écologique du célèbre historien de la Révolution. Publiés entre 1856 et 1868, L’Oiseau, L’Insecte, La Mer et La Montagne sont des essais de vulgarisation scientifique et des hymnes à la nature, mêlant un savoir biologique à des réflexions personnelles, intimes et philosophiques sur le vivant et sur les rapports de l’homme au monde naturel. 

Durant le Second Empire, auquel il refusea de prêter serment, Michelet se voit comme un « exilé de l’intérieur » et se tourne vers la nature pour y trouver un apaisement moral, face à une histoire contemporaine tourmentée et violemment décevante. En étudiant les plantes, la vie sous-marine et le monde invisible des insectes, il découvre de nouveaux modèles d’organisation et de sociabilité et redéfinit des notions politiques aussi fondamentales que la liberté, le peuple ou le progrès. Dans le monde naturel, il aperçoit un esprit de justice, une division du travail et un amour universel qui l’invitent à concevoir des subjectivités et des droits non-humains. Dans une prose lyrique et personnelle, Michelet y anticipe certaines découvertes récentes de l’éthologie et de la philosophie environnementale. 

Notices :

Paule Petitier est professeure de littérature française à l’uUniversité Paris Diderot. Spécialiste du XIXe siècle et de Jules Michelet, dont elle a écrit la biographie (Grasset, 2006) et réédité avec Paul Viallaneix l’Histoire de France (Éditions des Équateurs, 2008-2009), elle consacre ses recherches à la représentation et à la pensée de l’histoire.

Elisabeth Plas est docteure en Littérature française, rattachée au Centre de Recherche sur le Poétiques du XIXe siècle de l’uUniversité Sorbonne Nnouvelle. Sa thèse est intitulée Le Sens des bêtes. Rhétoriques de l’anthropomorphisme au XIXe siècle (Classiques Garnier) et ses recherches portent sur la représentation de l’animal et du vivant au XIXe siècle. 

Sommaire (texte): 

PRÉFACE 3

« Une révolution se fit en moi ». COmment Michelet en vint à l’histoire naturelle 5

L’alibi naturaliste 15

« Portrait de Jules Michelet en ornithologue » 17

Entre politique et intime : lectures plurielles de L’Oiseau 28

Cartographie des éditions de La Montagne (1868). 48

Une œuvre difficile à cataloguer 48

La démocratie naturelle 67

La pensée écologique de Jules Michelet 68

Méthode et arguments 68

Métamorphoses et devenir animal 81

dans L’Insecte de Jules Michelet 81

La prairie n’est pas le gazon. 90

De la différence en démocratie 90

Le Lucrèce romantique 103

Transformisme et évolution 104

dans les essais naturalistes de Michelet 104

La mise en récit du transformisme dans La Mer 116

Décrire la transformation dans L’Insecte de Michelet 122

Poétiques et politiques de la nature 135

Des hommes et des lieux 136

Réflexion sur la poétique des éléments dans La Mer de Michelet 136

La Mer ou la naissance de la liberté 145

La « vraie fleur du monde » et le « plaisir des tyrans ». 159

Lecture écoféministe de l’histoire naturelle de Michelet. 159

POSTFACE 172

Michelet et les allures de la vie 173

Bibliographie 185

Pages :
294 pages
Date de parution :
2021
Format :
15x20